7 gestes pour préparer son jardin à l’hiver

24 novembre 2018 0 Par Françoise

 

 

Après une longue arrière-saison, ensoleillée et sèche, l’automne semble vouloir s’installer avec les premiers froids qui vont assainir votre jardin, le débarrassant des insectes en excès et préparant la germination de nombreuses graines qui ont besoin de ces périodes de froid .

Le jardin doit, après sa générosité d’automne, être préparé pour passer un hiver conforme au cycle naturel de la végétation et reconstituer le sol  de façon respectueuse et constructive.

 

Fleur en hiver

 

Ameublir et pailler les sols qui ne sont pas occupés.

Dans les potagers mais aussi dans certains endroits où vous avez l’habitude de semer des annuelles, il ne faut pas laisser le sol nu, après l’avoir débarrassé des végétaux fanés.

La première étape sera de le décompacter à la grelinette. On trouve encore des jardiniers qui préconisent de bêcher ses planches de jardin, l’automne venu. Cela a pu leur réussir jusque là ou, plutôt, leur jardin n’a pas regimbé sous ce traitement. Mais on sait maintenant que retourner la terre est mauvais pour toute la faune, microfaune… qui évolue dans les premiers centimètres de la couche de terre. Bêcher renvoie ce petit monde à une profondeur où il va dépérir.  Tout le système qui permet à nos sols d’être fertiles est détruit. Donc, on évite la bêche et encore plus, on évite d’enfouir du fumier. Cela ne sert à rien.

Répandez sur la surface une mince couche de compost, d’un demi- centimètre, pas plus. Vous  le répartissez sur le sol au croc (bigot, dit-on chez moi) ou au râteau.  Ce faisant, vous allez légèrement l’enfouir.

Puis terminez par un bon paillage.  Les dernières tontes que vous avez mises de côté, par exemple.. Personnellement, j’utilise de grands cartons que j’ai gardé exprès. Cela évite aux “mauvaises” herbes de s’installer trop rapidement au printemps, si je n’ai pas eu le temps de commencer tôt mes actions au potager. Et comme ce n’est pas très joli, je les recouvre avec les végétaux que j’ai sous la main.

Au printemps la terre est souple, légère, extrêmement facile à travailler.

Lâcher les poules

Pour vous aider dans tout le travail précédent, vous avez de solides alliées : les poules. Autant, le reste de l’année, il vaut mieux éviter de les laisser mettre leur bec dans vos semis et plantations, autant là, en novembre-décembre, c’est le moment.

Videz votre tas de compost ou de fumier au milieu de la planche et vous verrez vite comme elles travaillent bien.. Elles vous l’auront écarté  en un rien de temps avec beaucoup de professionnalisme. Même chose avec le paillage.

Et en passant, elles vous auront débarrassé le sol des nombreux parasites qui s’y installent afin de  passer l’hiver. Pour la même raison, il ne faut pas hésiter à les lâcher au verger également.

Poules au potager

Tailler vivaces et rosiers ?

On conseille souvent de tailler légèrement les rosiers avant l’hiver.  Cela permet de rééquilibrer la silhouette des plantes.. Cependant, tout le monde ne le recommande pas. En effet, cela fragilise les rameaux. En cas de gel, la nécrose descend le long de la branche vers la souche. Couper les fleurs fanées est suffisant mais il est bon de laisser les cynorrhodons car les oiseaux vont adorer.

Pour la même raison, on peut laisser les vivaces flétries en place. Non seulement elles apporteront de la nourriture aux petits oiseaux du ciel mais elles pourront également se protéger du vent les unes les autres et cela peut parfois faire toute la différence, par temps froid, pour des plantes à leur limite de rusticité. Et puis les couper serait se priver du magnifique spectacle qu’elles offrent lorsque le givre s’installe.

Vivace sous le gel

Poser les voiles d’hivernage sur les plantes fragiles par temps froid

Qu’elles soient en pot ou en pleine terre, certaines plantes de faible rusticité ont besoin d’être protégée en cas de froid. Bien évidemment, tout dépend de la température limite en dessous de laquelle le pied va geler et mourir. C’est pour cela qu’il est important, quand on a planté de tels végétaux dans son jardin, de se renseigner précisément sur la rusticité de la plante et de consulter les prévisions météo. Les voiles d’hivernage peuvent être utiles en ces périodes – ils permettent de gagner 3 degrés sur la température extérieure environ. Mais il faut penser à les ouvrir en cas de redoux pour laisser respirer la plante.

Si votre plante est en pot et que vous ne pouvez pas l’hiverner en orangerie, véranda ou serre, il ne faut pas oublier de protéger le pot. Les racines y sont très exposées au gel.

Si votre plante est en pleine terre, paillez le sol avec des fougères, par exemple, de la paille, des feuilles de chêne. Mais attention à ne pas mettre un paillage qui se gorgerait d’eau et amènerait un résultat contraire à celui que l’on veut obtenir.

J’ai un citronnier et un bougainvillier “Violet de Mèze”, en pleine terre. Il sont bien à l’abri entre les murs de la maison, plein sud. Mais ce sont deux plantes qui ne sont pas connues pour leur rusticité. Ils ont survécu tous deux à deux hivers où les températures sont descendues jusqu’à -9°. Les feuilles du citronnier sont tombées mais de toutes neuves sont ressorties au printemps. Le bougainvillier est reparti du pied à chaque fois.

Les arbres fruitiers

C’est la période des plantations. Du moment qu’il ne gèle pas, vous pouvez planter les arbres à racines nues (ou en container, mais ça vous pouvez le faire toute l’année).

Vous pouvez également tailler les branches mortes que vous avez repérées lorsque l’arbre avait encore des feuilles.

On recommande souvent de brosser le tronc des arbres fruitiers pour en éliminer le lichen et les parasites qui s’y cachent. On peut ensuite appliquer un traitement fongicide à la bouillie bordelaise après celui à l’huile blanche pour asphyxier les bestioles. Si vos arbres ont été malades, n’hésitez pas à ramasser et à brûler  (amener à la déchetterie ?) les feuilles mortes. Et n’oubliez pas vos plus fidèles alliées : les poules. Elles vont vous débarrasser de beaucoup de ces bestioles qui font des trous dans vos beaux fruits, la saison venue ; et elles vous les transformeront en beaux œufs frais.

Tailler éventuellement les arbres et arbustes d’ornement fleurissant en été

Si vous faites partie de ceux que le sécateur démange, vous pouvez tailler les arbustes à floraison estivale. Ne touchez surtout pas à ceux qui fleurissent au printemps : vous vous priveriez de leur floraison aux beaux jours.

N’oubliez pas, malgré tout que toute taille dans le vif est une mutilation.

Nettoyer et ranger les outils

Quand tout ce travail est achevé, c’est le moment de nettoyer et remiser les outils à l’abri..

Enlevez bien la terre à l’eau avec une éponge, tant sur la lame que sur le manche. Ensuite, passez l’ensemble de l’outil au papier de verre très fin, sur le fer pour enlever la rouille, sur le bois pour éviter les échardes. Enfin passer bois et métal à l’huile de lin (huile de colza ou huile d’arachide si vous n’en avez pas, à mon avis, même le monoï doit faire l”’affaire !)

Pensez également à enrouler et rentrer votre tuyau d’arrosage, bien vidé de son eau s’il doit rester dehors.

Vous pouvez tout ranger hors gel et si possible à l’abri de l’humidité..

Outils de jardin

Voilà.  ! Votre jardin est près à affronter l’hiver. Le reste de votre travail de jardinage se passera au chaud : anticiper les plantations à venir, prévoir les emplacements, préparer un plan de potager, consulter les catalogues… Mais il ne faut pourtant pas oublier d’aller faire un tour régulier pour vérifier que tout va bien, même si le secret travail de nos végétaux en hiver se déroule sous la terre.

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •